Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compteur de visite

Depuis Juin 2014

Publié par Jacques Bousiquier

L'hiver s'est invité plus tôt que prévu, avec du froid et de la neige ici et là, avec son lot de mal-logés, de mal-chauffés, de pas-logés-du-tout, et toujours cette pauvreté qui ne cesse de s'amplifier, de se propager, d'inquiéter...

Car aujourd'hui en effet, crise aidant, hantise du chômage, endettement, ils sont de plus en plus nombreux, les français, à penser qu'il suffit de peu pour basculer dans la précarité : la perte de son emploi, une séparation, un divorce, un accident qui rende invalide, qui interdise le droit au travail, toute perspective devenue hélas presque banale mais de nature à rendre tout-un-chacun sensible à ce grave problème de société car conscient que pour tous ces accidentés de la vie, comme on dit, la vie est tout sauf tendre...

Peniche du coeur Paris quai St Bernard 1

Heureusement, nombreuses sont les associations caritatives qui tentent, à leur façon, selon leurs forces et leurs moyens, d'atténuer les difficultés de ces familles en besoin d'aide temporaire et de reconnaissance.

 

L'aide est souvent alimentaire (la Banque alimentaire faisait hier sa collecte nationale), mais pas seulement; de plus en plus et c'est très bien, c'est l'aide à la personne qui est visée et privilégiée dans tous les aspects de la relation (insertion par l'emploi, accompagnement scolaire, culture et loisirs, aide aux gens de la rue, logement, ...).Peniche du coeur Paris quai St Bernard 2

 

Centre d'hébergement d'urgence, tel est en l'occurence l'objet social de la Péniche du Coeur amarrée à Paris, sur la Seine, Peniche du coeur Paris quai St Bernard 3Quai d'austerlitz, pas très loin en fait de Notre-Dame.

 

Pour tout savoir sur la Péniche du Coeur, le mieux est de se rendre sur leur site  i c i .


Peniche du coeur Paris quai St Bernard 1b

La précarité enfle, entraînant avec elle son fardeau de pauvreté; ainsi, 25 ans après sa grande idée et sa belle initiative, les Restos du Coeur chers à Coluche, ouvrent demain leurs centres de distribution pour leur 26ème campagne d'hiver consécutive.

 

 

Précarité et pauvreté sont les grands maux de notre société, et parce-que ce ne sont ni des gros mots, ni de vains mots, il y va de l'honneur de notre société de relever le défi de les combattre...


"Ils vivent pour survivre" : gros titre en couverture Ils vivent pour survivre Telerama 3176du magazine "Télérama" cette semaine avec un dossier spécial très intéressant,  justement, sur ce thème de la Serge Paugam Telerama 3176aprécarité et de la pauvreté en France : un entretien avec Serge Paugam, Directeur de recherche au CNRS, et des témoignages poignants de personnes au coeur du problème, leur vision des choses et leur combat.Serge Paugam Telerama 3176b

Propos recueillis par Michel Abescat, 

Serge Paugam Telerama 3176c

photo Jérôme Brézillon.

 


De la pauvreté, elle en parle aussi Crikette, sur son blog  Guilimaux, dans son article ce jour  Solidarité SDF

 

Et toujours, comme bonnes références, au cas où, on retrouve les sites des Restos du Coeur : au plan national, c'est  i c i

et pour l'Oise c'est  l à .

 

Sur ce blog, il n'y a pas très longtemps, c'était  

Le 17 octobre, une riche journée dédiée aux pauvres  

 

et l'an dernier, pour la 25ème, c'était il y a pile un an

25 ans déjà ... et une nouvelle campagne pour les Restos du coeur

 

 

Commenter cet article

michele 30/11/2010 00:27



je vous remercie de votre gentille réponse mais vous savez je n'ai aucun mérite je considère que dans ma vie j'ai reçu beaucoup d'amour et d'attentions donc je trouve tout à fait normal de
redonner un peu .Merci pour votre blog il est à la fois interessant et me permet de voyager ùoi qui n'ai jamais quitté mes hautes pyrénées Merci pour toutes ces belles images et sincères
salutations .A bientôt de vous lire .Michèle .



Jacques 03/12/2010 00:09



Chère Michèle, vous êtes tombée sans doute très jeune dans un bain de générosité dans lequel vous nagez allègrement; votre sincère modestie vous honore.


Merci pour le compliment sur le blog et ravi qu'il vous plaise et vous permette quelques évasions.


Bonne nuit


Amitiés



eva baila 29/11/2010 19:46



Je ne sais pas quoi te dire, ça me fait honte tout ça... Je ne fais pas grand chose il est vrai... J'ai même cessé de donner aux SDF dans les rues de Rouen parce qu'un billet de 50€ ne suffirait
pas pour deux heures de balade dans les rues... On n'entend personne (à part les resto-du-coeur) s'insurger contre cette situation. On entend beaucoup parler du "bouclier fiscal", des soucis de
Mme l'oréal, de la retraite à 67ans, mais pour la misère qui nous pend au nez, silence radio ! Et comme tu le dis si bien, on croit avoir une situation normale, et tout d'un coup c'est la
cata !



Jacques 29/11/2010 22:21



Merci eva pour ce billet d'humeur rebelle qui fait du bien !


Malgré la crise, provoquée en réponse à l'appel inconsidéré et sans limites du toujours plus, par des financiers spéculateurs aveugles et irresponsables qui sont repartis de plus belle, la
France, quoiqu'on en dise, aurait les moyens de faire en sorte que plus personne ne soit contrainte de mendier, de vivre et de dormir dans la rue.


Tout n'est que question de redistribution des richesses produites et de volonté politique.


Amitiés



melodye 29/11/2010 10:12



je donne de l'argent ou des aliments, plus que de ma personne par manque de temps (excuse facile tu vas me dire). mais l'humanitaire est quelque chose qui m'attire et que je ferai sans doute plus
tard. quand j'etais petite ma hantise etait de me retrouver SDF: le froid, la solitude, la non-reconnaissance, l'oubli... bien qu'avec des parents ou des amis comme les miens, je sais que je
pourrai toujours compter sur eux, si j'avais besoin. mais ce n'est pas toujours le cas...malheureusement


merci pour cet article jacques qui montre vraiment la realité des choses...



Jacques 29/11/2010 22:09



Hello Melodye,


Il est certain que lorsqu'on occupe un emploi et encore plus s'il est prenant, et ça arrive, ça ne laisse pas de temps à du bénévolat de cette sorte ! Et puis les emplois sont tellement précieux
aujourd'hui qu'il vaut mieux les bichonner et en soi ça n'a rien d'égoïste évidemment.


Participer financièrement ou donner via les collectes locales sont de bonnes actions assurément car s'il faut des bénévoles pour fonctionner, il faut nécessairement aussi des produits et de
l'argent pour les acheter...


Merci melodye pour ton témoignage et bonne soirée.


Amitiés



Crikette 28/11/2010 21:56



Merci pour ton article Jacques. Oui il faut encore et  encore malheureusement sensibiliser à la pauvreté !


Même si les aides sociales, CAF, viennent en aide à certains pour garder leur logement, il est souvent difficile de joindre les 2 bouts  


Merci pour le lien;-)



Jacques 29/11/2010 22:00



Oui Crikette en effet, d'autant que certaines familles, en attente interminable sur des listes HLM,  sont contraints de loger dans des logements privés qui leur sont loués très chers...


Ils se retrouvent à la merci de coupures de gaz ou d'électricité, quand ce n'est pas d'expulsion...


Bonne soirée



micas michele 28/11/2010 17:39



la problématique des sans abris me concerne directement .En effet bénévole des Restos du Coeur depuis 16ans j'ai décidé depuis 2 ans d'essayer d'accompagner les SDF en participant aux repas
chauds complets servis assis à table mais dehors car le contact est plus facile et le fait qu'ils puissent rester avec leurs chiens leur convient mieux .J'essaie de donner un peu d'humanité et je
dois dire que je reçois beaucoup .



Jacques 29/11/2010 21:56



Merci Michele pour ce beau et fort témoignage, et bien sûr, chapeau à vous pour votre grand dévouement pour cette noble cause.


On n'a pas de mal à imaginer combien ce type de mission peut être difficile, mais comme vous le dites si justement, vous les menez autant que faire se peut avec humanité et vous recevez beaucoup,
je comprends et je partage.


Bien cordialement