Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compteur de visite

Depuis Juin 2014

Publié par Jacques Bousiquier

"La précarité n'est ni une fatalité, ni un choix pour ceux qui la vivent. Elle ne doit ni faire peur, ni diviser. Regardons la en face pour mieux la combattre."

Tels sont les termes forts employés par Médecins du Monde, l'association caritative bien connue, pour sensibiliser l'opinion à ce sujet.

À l'occasion de la journée mondiale pour le refus de la misère, ils ont organisé, sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris, une opération de communication sur ce fléau, en s'appuyant sur le concept que la précarité existe et qu'elle a de multiples visages !

Quelques visages de la précarité...
Quelques visages de la précarité...Quelques visages de la précarité...
Quelques visages de la précarité...Quelques visages de la précarité...
Quelques visages de la précarité...

"Nous les croisons chaque jour dans les rues sans leur prêter attention. Souvent même, nous détournons le regard.

La pauvreté, la maladie dérangent."

Et pourtant, derrière chacun de ces visages que nous découvrons ici, il y a toute une histoire, une tranche de vie, un destin qui bascule un moment donné, mais au fond, et toujours, juste une humanité éminemment respectable.

Quelques visages de la précarité...Quelques visages de la précarité...
Quelques visages de la précarité...Quelques visages de la précarité...
Quelques visages de la précarité...

Les équipes de Médecins du Monde ne font pas que panser des corps meurtris et réconforter des âmes en peine, en manque de reconnaissance; comme ils l'écrivent, ils soignent aussi l'injustice, et ils ont bien du boulot !.

Photos réalisées le 16 octobre 2014.Photos réalisées le 16 octobre 2014.
Photos réalisées le 16 octobre 2014.Photos réalisées le 16 octobre 2014.

Photos réalisées le 16 octobre 2014.

Quelques visages de la précarité...

Commenter cet article

D@net 19/10/2014 09:12

Bonjour Jacques,
Que vont devenir tous ces pauvres malheureux ?
Nous, comme moi, sommes sensibles, et on oublie. Nous pensons qu'en donnant une petite obole, notre bonne conscience est en ordre... pourtant..
Merci de nous remettre les pieds sur terre.
Amitiés.
D@net.

Jacques 19/10/2014 12:28

Bonjour D@net,
On a l'impression en effet que tout cela paraît insoluble, et pourtant, si tout le monde s'y mettait, sans doute que ça changerait !
Demain peut-être, restons optimistes !:-)
Bon dimanche