Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Compteur de visite

Depuis Juin 2014

Publié par Jacques Bousiquier

Entendu tout-à-l'heure dans le journal de 13h sur France-Inter un entretien fort intéressant avec Bruno Tardieu, délégué national d'ATD Quart-Monde; il lance un appel solennel pour lutter contre une forme de discrimination sociale de plus en plus palpable dans notre pays...Les Enfoires et la pauvrete 2

Car en effet, "la misère est violence" et que d'idées reçues circulent sur ce sujet sensible de la pauvreté en France (à voir sur leur site, notamment  i c i )

 

Entendu en vrac au cours de cet entretien :

- avec un RSA, on ne s'en sort pas

- ces familles sont dans la honte et subissent la double peine car elles sont à la fois en galère et en plus elles sont mal vues

- combien de mères ont peur de voir un enfant placé

- il n'est pas demandé la charité mais que soient renforcées les solidarités

- ces personnes ont besoin qu'on les croit

- 9 millions de personnes en France recensées en-dessous du seuil de pauvreté


On peut réécouter ce journal (c'est à environ 13mn35...)

à cette adresse  franceinter.fr 


Ci-après un extrait de la Feuille de route d'ATDQM (que l'on retrouve dans son intégralité i c i ) :

 

****************************************************************************

« Comme si nous étions rayés de cette planète »

Article publié dans Feuille de route n°421 (sept. oct. 2012)

agrandir la police diminuer la police imprimer la page


« La misère est violence. Rompre le silence. Bâtir la paix » constitue à la fois le coeur et le fil rouge d’une recherche menée par le Mouvement ATD Quart Monde dans 25 pays [1]. Les acteurs ont été des personnes en situation de grande pauvreté, d’autres membres du Mouvement et des chercheurs du monde universitaire. Engagés dans une démarche de « Croisement des Savoirs », ils ont travaillé trois années ensemble. Leurs conclusions sont sans appel : « La misère, ce sont des injustices et des violences dans tous les sens. »
- Violence de l’oubli par nos sociétés des souffrances endurées par des familles de génération en génération. Des enfants, des jeunes, des adultes méprisés et traités « comme si nous n’étions plus des êtres humains. » Des quartiers, des villages, des communautés entières abandonnées au sein de la vie économique, sociale et environnementale « comme si nous étions rayés de cette planète. »
- Violence institutionnelle engendrée par des politiques se contentant seulement de réduire la pauvreté, à l’exemple des Objectifs du Millénaire pour le Développement, au lieu de mettre en œuvre des politiques globales basées sur l’ensemble des Droits de l’Homme.
- Violence de l’ignorance du courage et des savoirs de celles et ceux qui cherchent à résister face à la violence de la misère et tentent jour et nuit de bâtir la paix dans leur voisinage : contribution essentielle des très pauvres à la paix dans le monde.

 

*************************************************************************************************************************


Cet interview est dans la continuité de la récente journée du 17 octobre du refus de la misère, déjà évoquée dans ce blog :

La fracture sociale... qui paye ?  - on y réentend la très belle musique de "Bitter Sweet Symphony" by The Verve

. Parlons encore de cette journée du 17 octobre du refus de la misère

 

Les Enfoires et la pauvrete 5

Sans doute plus connus et médiatisés en France que ATD Quart-Monde, notamment en raison de l'image toujours présente de Coluche et de la participation sans faille chaque année des célèbres Enfoirés,

les Restos du Coeur ont plus que jamais besoin de bénévoles,

notamment dans le département de l'Oise

(cf  Urgent : besoin de bénévoles )

et plus particulièrement, aux dernières nouvelles, à NOYON.


Alors si vous résidez par là et que vous disposez de temps libre à occuper à de belles et nobles actions, n'hésitez pas à vous faire connaître, vous serez les bienvenus !

 

Commenter cet article

schmitt412 28/10/2012 10:27


Tant d'inégalités, il y a beaucoup à faire pour que cela cesse


 

Armide+Pistol 27/10/2012 07:57


Double peine, misère, souffrance morale, isolement, faim, angoisse, j'ai vécu cela pendant des années, tentant de protéger mes deux fils. Le chagrin ronge le systèmeimmunitaire. Les difficultés
parveinnent prfois à s'aplanir, les enfants trouvent leur vois, mais le système immunitaire en prend un coup : un jour, alors qu'on peut espérer pouvoir souffler : cerise sur le gâteau, le cancer
frappe (OUI, OUI !)

Jacques 27/10/2012 08:26



Double peine, triple peine parfois pour certaines ou certains, on ne sait plus, tant le destin est capable de frapper sans trace de discernement aucun, sans que notre société s'en émeuve
particulièrement ! On peut découvrir des situations en prise avec une administration aveuglément obstinée à ne rien faire, aveuglément fermée face à un désespoir impuissant.


Merci Armide pour ce témoignage fort et poignant et fasse que, t'étant déjà sortie de situations difficiles, tu réussisses cette fois à combattre et vaincre cette saleté de maladie. Bonne et
longue continuation à toi, à ton chien et à ton blog si riche et si pertinent.


Amitiés