Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteur de visite

Depuis Juin 2014

Publié par Jacques Bousiquier

Il était une fois…

Un type avec une très grosse voiture, une voiture de luxe mais de ça on s’en fiche, non, le problème, c’est qu’elle consomme beaucoup d’essence, 15 litres aux 100 km c’est dire !
Ce monsieur réside dans un manoir à la campagne et pour se rendre à son bureau à la ville, il parcourt chaque jour 50 km, et pour ses menus loisirs, il fait aussi 150 km environ chaque semaine. Au total, notre homme consomme, enfin, plus précisément, sa voiture consomme en moyenne 60 litres d’essence, ce qui représente un coût de 78,00 euros si l’on prend par exemple un tarif du litre de super sans plomb à 1,30 euros.

Une jeune femme, soucieuse d’écologie et de développement durable; elle roule dans une toute petite voiture.

Elle habite en banlieue parisienne, elle travaille aussi en banlieue, pas loin, à 10 km, elle voudrait bien prendre les transports en commun, mais un bus, 2 lignes de métro, et si tout se passe bien, 1 heure de porte-à-porte, ça fait beaucoup ! Alors elle prend sa voiture et du coup, elle ne met guère plus de 20mn pour se rendre à son lieu de travail. Le week-end, elle s’en sert aussi pour s’évader en campagne où sur place, elle fait de la marche et du vélo, 100 km aller-retour.
Au total, sa petite voiture ne consommant que 5 L aux 100 km, son budget hebdomadaire en essence est de 13,00 euros (à vos calculettes pour vérifier…).

Un jour, le grand, le très grand roi de France décida que trop c’était trop, qu’il était grand temps de freiner cette gabegie consommatrice et polluante, une grande menace pour notre planète (dans son esprit, tout est toujours trop grand, sauf lui…). Pour ce faire, il eut une idée géniale, inspirée il est vrai par de grands sages: il faut instaurer dit-il une taxe sur tout ce qui contribue à générer de l’oxyde de carbone, pas bon pour notre planète, de façon à rendre nos sujets plus responsables en matière de préservation de notre environnement.

- Oh là, non, un impôt de plus, s’écrièrent les sujets que ce mot impôt insupporte !
- Appelons-le alors « contribution à un meilleur environnement» suggéra un audacieux collaborateur du roi…
Mais le roi n’en démordait pas, « pour mon bon peuple, jamais je ne veux entendre parler d’impôt supplémentaire, débrouillez-vous comme vous voulez mais faites en sorte que le résultat soit neutre » … les hommes de l’art étonnés mais obéissants s’en furent réfléchir aux stratagèmes à mettre en place pour faire plaisir à leur bon roi si soucieux de ses sujets.

D'un autre côté, pour que la mesure géniale ait l’air de produire effet, il fallait qu’une grande communication sur ses vertus bienfaitrices soit développée à grande échelle ; ce qui fut fait bien au-delà même de ce qu’en avait espéré et désiré le grand roi.

C’est ainsi que les médias, des mois durant, n’eurent d’autres soucis que de bien faire monter la sauce pour préparer les sujets à une aussi courageuse mesure qui allait révolutionner les mœurs et usages et faire des concitoyens des êtres hautement responsables de leur destinée en contribuant ainsi à préserver l’avenir de leur chère planète; restait plus qu'à en connaître le prix.

Un jour, le roi trancha, c’est le cas de le dire, puisqu’il coupa la poire en 2 ; les sages avaient dit « ce doit être 34 pour que la mesure soit efficace ».
Pfttt, ridicule, dit le roi, c’est beaucoup trop, ce sera 17… et il en fut ainsi, et personne ni les sages ne pipèrent mot.

Forts de ce chiffre sorti des mains du grand magicien roi, des journalistes ont commencé à susurrer quelques incidences sur la vie de tout un chacun, notamment quand il fait le plein ; cela fera 4,5 centimes de plus par litre d’essence ont dit certains, en s’arrêtant là.

Fort de cette donnée, je m'en reviens aux sujets automobilistes de mon histoire car ils vont avoir à souffrir chèrement de cette fameuse taxe carbone et devoir derechef changer fissa leur comportement, jugez-en par vous-mêmes !

Pour monsieur Rolls Royce, sa facture hebdomadaire va se chiffrer à … 80,70 euros.
L’incidence est donc de + 2,70 euros !
Aïe aïe aïe, que ce sera dur pour lui, 2,70 euros de plus à sortir !
Notre homme se veut citoyen responsable, il raisonne en tant que tel et se dit : comment pourrai-je faire pour récupérer cette taxe dispendieuse en réduisant ma consommation ?
Comme il joue au golf et qu’il se rend plusieurs fois par semaine à son club situé à 6 km, il se dit «  si une fois par semaine, j’y vais à pieds, je rentre dans une démarche écologiste responsable puisqu’ainsi, j’épargne 1,8 litres d'essence soit 2,42 euros… »
Continuant de réfléchir, il se rendit compte qu’il lui faudrait au bas mot marcher 3 heures…
Que croyez-vous qu’il décidera ?

Mademoiselle Smart
fit le calcul de son côté, elle en conclut qu’il lui faudrait débourser quelques  0,45 centimes d’euros de plus par semaine, elle se dit qu’au fond, la peine était minime et d'ailleurs, que pourrait-elle bien  changer dans son comportement ?
Aller à son travail à pieds une fois par mois : 20 km aller-retour, 5 heures de marches ?
Allez, c’est tout décidé…

Ainsi, rien ne fut changé mais le roi était content, il s’était montré si courageux d’avoir osé imposer ainsi ses sujets dans une démarche responsable qui allait sauver la planète.

L’histoire ne dit pas, et c’est normal puisqu’elle n’est pas écrite loin s’en faut, comment nos sujets si durement frappés comme il vient d'être narré, allaient récupérer tout ou partie des deniers surconsommés, ainsi que l'avait promis sa majesté, mais peu importe puisque la machine était lancée et l’honneur propre et sauf ; notre grand roi se montre des plus méritant et c’est bien suffisant.

Maintenant me direz-vous, pourquoi n’entend-on aucun journaliste économique ou politique donner ce type d’exemples édifiants ?
J'ai ma petite idée, et je pense que, tout soucieux qu’ils sont de ne contrarier en rien le roi tout puissant, ils se font forts de  prêcher en tous temps et en tous lieux sa bonne parole, et là il y en a bien besoin, car si l’on n’en parlait pas, la mesure passerait quasiment inaperçue, absorbée par les variations du prix de l’essence que nous connaissons tous depuis des mois, le poids des taxes déjà en place étant sans commune mesure avec cette nouvelle taxe.

Ainsi est contenté notre bon roi… 

FIN de l'histoire

Il s'agit d'un conte purement imaginaire, vous l'avez compris, mais pourquoi un si long développement  inhabituel ici ?

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis las d'entendre toujours et chaque jour blablater sur :
- ce sujet de la fumeuse taxe carbone (en tant que citoyen du monde, je suis sensible et soucieux de la préservation de notre planète et j'y participe au mieux de mes moyens et informations mais vraiment là, je suis de ceux qui trouve cette mesure totalement inefficace - mes exemples voudraient le démontrer - et absurde par le traitement qu'on entend lui appliquer tout autour)
- le virus de la grippe A dont il s'avère qu'il est extrèmement contagieux mais pas dangereux, hormis pour la population à risque pour qui la grippe classique saisonnière est tout aussi à craindre
- l'affaire Clearstream : sombres combines d'antichambres, règlements de comptes, haine viscérale, pas beau le monde politique
- les magouilles lors du dépouillement des résultats au PS, et d'aucuns qui disent "pas grave, c'est archi connu, une peccadille, ... ",  pas beau le monde politique...

Heureusement, et c'est là où je veux en venir (enfin diront certains...), il est sur cette planète des gens autrement plus intéressants, dont on parle peu, et qui pourtant sont des modèles de courage, de générosité, de savoir-vivre, que les médias dédaignent et passent sous un silence assourdissant... sauf quelques journaux régionaux et c'est tout à leur honneur, et moi, modestement, j'ai envie et j'ai décidé d'en parler aussi, mais c'est ...
à suivre, si vous le voulez bien.

Commenter cet article

lune 15/09/2009 08:11

ahhhhhhhhhhhh je viens de lire ce texte !!bien écrit et tellement vrai et rigolo à la foisj'attends la suite avec impatiencemaisa vec mon retard en lectureje pense que je vais avoir vite la suite

annuaire 14/09/2009 19:47

En effet, on se voit imposer un nouvel impôt, aussi absurde qu'injuste, sous un prétexte falacieux. On l'habille d'autres mots, d'autres intentions, et ainsi de suite. Néanmoins, personne n'est dupe : d'ici un, deux ou trois ans, cette nouvelle taxe sera augmentée sans que personne n'y trouve rien à redire... tout apparaîtra normal, en somme.

Jacques 15/09/2009 01:19


Oh oui cette perspective est des plus réalistes.
Merci de votre visite.
Amitiés


mouneluna 13/09/2009 11:06

Fantastique ton histoire, j'ai adoré ce conte le diable en rit encore !!!! quelle imagination, mais ou vas tu chercher tout cela !! c'est à mourir de rire !!!C'est pas chez nous que cela pourrait arriver ! car il y aurait bien une personne pour dire au roi qu'il s'est mis le doigt dans l'oeil. mais il serait taxé de démagogie. la taxe, toujours la taxebon dimancheMoune

Jacques 15/09/2009 01:16


Je vais chercher ça où ? Pas loin en fait !:-)
Merci de tes visites et bonne nuit.


nicolek 13/09/2009 08:08

merci pour cet article.........bisous   nicole

Jacques 15/09/2009 01:17


J'espère qu'il apporte sur un ton humoristique un éclairage dont on ne parle pas.
Merci de tes visites nicole.
Bises et bonne nuit.


melodye 12/09/2009 23:46

a mediter... merci ^pour cet article!

Jacques 15/09/2009 01:18


A méditer certes mais pas trop quand même, ça n'en vaut pas la peine !:-))
Merci melodye de ta visite.
Amitiés